Pourquoi le bachotage nuit à votre apprentissage (et que faire à la place)

Écrit par Thibaut le 24 août 2021

Que ce soit à cause de la procrastination ou d'un emploi du temps chargé, vous êtes probablement resté éveillé toute la nuit à essayer de fourrer des informations dans votre cerveau afin de pouvoir passer un examen le lendemain.

Malgré sa prévalence sur les campus universitaires, cependant, le bachotage n'est pas un moyen optimal d'étudier. Non seulement c'est stressant, mais la plupart des informations que vous fourrez dans votre cerveau disparaîtront peu de temps après avoir été testées.

Si votre seul objectif est de réussir l'examen, ce n'est pas un gros problème. Mais si votre objectif est d'apprendre du matériel sur le long terme, de comprendre en profondeur les concepts que vous étudiez, alors le bachotage est une technique terrible.

Pourquoi le bachotage est-il si mauvais, exactement ? Et que faire à la place ? Découvrons-le.

Quand le bachotage fonctionne (et ne fonctionne pas)

La plupart des guides d'étude (et la plupart des professeurs) vous diront de ne jamais vous entasser. Et dans un monde idéal, vous ne le feriez pas. Vous prendriez votre temps pour étudier la matière dans les semaines et les jours précédant l'examen, sans jamais attendre la dernière minute.

Dans la pratique, cependant, il y aura des cours dont vous ne vous souciez tout simplement pas. Ceux-ci entrent généralement dans la catégorie « gen ed », bien qu'ils puissent également être des cours requis pour votre majeure. Pour de tels cours, le bachotage pour l'examen à la dernière minute est acceptable tant que vous pouvez toujours obtenir la note que vous souhaitez.

Pour les cours qui vous intéressent, cependant, le bachotage ne vous rend pas service. Bien sûr, cela peut suffire pour réussir les examens, mais vous n'apprendrez pas grand-chose qui durera.

Repensez simplement au dernier examen pour lequel vous vous êtes entassé – de quelle quantité d'informations vous souvenez-vous encore ? Au-delà de cela, quelle partie du matériel avez-vous vraiment compris ? Si vous avez appris juste assez pour répondre aux questions du test, probablement pas grand-chose.

Si le bachotage est une mauvaise approche, que devriez-vous faire à la place ? Nous allons jeter un coup d'oeil.

6 techniques d'étude à utiliser au lieu de bachoter

Si le bachotage est devenu votre méthode d'étude par défaut, il est facile d'oublier qu'il existe de nombreuses autres approches que vous pouvez utiliser. Voici six techniques d'étude plus efficaces que le bachotage.

Répétition espacée

Il semble approprié de commencer par le contraire du bachotage : la répétition espacée. Au lieu de condenser votre étude en aussi peu de temps que possible, le but de la répétition espacée est d'étudier le matériel au fil du temps, à petites doses.

Vous pouvez utiliser la répétition espacée pour étudier à peu près n'importe quoi, mais je trouve que cela fonctionne particulièrement bien lorsque vous devez mémoriser de grandes quantités d'informations factuelles. Cela fonctionne que l'information soit quelque chose de simple comme les majuscules d'état, ou quelque chose de plus complexe comme l'anatomie du cerveau.

Pour mettre en pratique la répétition espacée, vous avez plusieurs options. Les cartes mémoire en papier peuvent fonctionner, même si elles ne sont pas idéales car elles traitent tout le matériel d'étude de la même manière. Cela signifie que vous perdrez probablement du temps à étudier des choses que vous savez déjà, au lieu de concentrer votre attention là où vous avez du mal.

La meilleure façon que nous ayons trouvée pour implémenter la répétition espacée est d'utiliser la bonne application de carte mémoire. Ces applications vous permettent de créer des cartes mémoire comme vous en avez l'habitude. La principale différence est qu'ils vous demandent également d'évaluer la difficulté de la carte après avoir vu la réponse.

En utilisant ces informations, l'application vous montrera les cartes avec lesquelles vous vous débattez plus souvent que les cartes que vous trouvez faciles. De cette façon, vous concentrez votre temps d'étude limité sur les informations que vous comprenez le moins.

Pour plus d'informations sur la répétition espacée, y compris la science qui la sous-tend, consultez notre guide détaillé.

La technique Feynman

La répétition espacée et les cartes mémoire sont idéales pour étudier des informations factuelles. Mais que se passe-t-il si vous avez besoin de mettre en pratique des concepts plus larges en vue d'examens à réponse courte ou de dissertation ?

Dans de tels cas, vous pouvez utiliser la technique Feynman. Nommé en l'honneur du physicien et éducateur Richard Feynman, c'est une approche simple mais puissante pour tester votre compréhension.

Voilà comment cela fonctionne:

  1. Prenez une feuille de papier et écrivez le nom du concept que vous étudiez en haut.
  2. Expliquez le concept avec vos propres mots comme si vous l'enseigniez à quelqu'un qui n'y connaît rien. Essayez de garder votre langage aussi simple que possible, en évitant le jargon et les termes techniques. Et donnez quelques exemples du concept en action, pas seulement un aperçu général.
  3. Maintenant, revoyez votre explication et recherchez les problèmes. Révisez votre manuel, vos notes ou tout autre matériel source pour corriger le manque de compréhension.
  4. Enfin, recherchez les domaines dans lesquels vous avez utilisé un langage complexe ou technique et essayez de réécrire ces parties dans un langage simple. Encore une fois, imaginez que vous expliquez le concept à quelqu'un sans aucune connaissance préalable.

L'idée générale derrière la technique de Feynman est que si vous ne pouvez pas expliquer quelque chose simplement avec vos propres mots, vous ne le comprenez pas. L'utilisation de cette technique vous permettra d'aller au-delà de la régurgitation des explications de votre manuel ou de vos notes de cours et vers une compréhension plus profonde.

Pour en savoir plus sur la technique Feynman, y compris des exemples en action, lisez cet article.

Conseil de pro : Pour plus de pratique, essayez d'utiliser la technique Feynman avec une personne vivante. Choisissez quelqu'un qui n'a aucune connaissance préalable de ce que vous étudiez et expliquez-lui le concept dans vos propres mots. Ensuite, demandez des commentaires sur votre explication. Assurez-vous simplement de choisir quelqu'un qui sera honnête.

Fais tes devoirs

En ce qui concerne les devoirs, je pense que la plupart d'entre nous se sentent comme Rick de Rick et Morty: « Les devoirs, c'est stupide. Le but est d'en avoir moins.

Cependant, malgré sa réputation de perte de temps, les devoirs sont très précieux pour l'apprentissage.

Premièrement, les devoirs sont une occasion de mettre en pratique ce que vous avez appris en classe ce jour-là (ou, plus probablement, la veille). Même si vous avez un professeur très engageant, le matériel d'apprentissage une fois dans une conférence ne suffira pas à le faire tenir. Vous devez pratiquer tout ce que vous apprenez pour vous en souvenir sur le long terme.

De plus, les devoirs sont une chance de combler les lacunes dans votre compréhension avant qu'elles ne deviennent un problème. Si vous reconnaissez que vous avez du mal à comprendre quelque chose dès le début, vous avez tout le temps de le corriger avant que l'examen n'arrive. Ce qui est beaucoup plus efficace et moins stressant que de regarder frénétiquement des explications sur YouTube des heures avant l'heure du test.

Aller aux heures de bureau avec des questions

Si vous avez fait vos devoirs et découvert que vous ne comprenez pas quelque chose, la prochaine étape consiste à obtenir de l'aide. Parfois, il suffit de revoir vos notes, de consulter votre manuel ou de trouver une explication en ligne.

D'autres fois, cependant, vous aurez besoin de conseils plus précis. Dans ces cas, vous devez vous rendre aux heures de bureau de votre professeur ou de votre assistant technique. La clé, cependant, est de venir avec des questions spécifiques. Cela permettra à votre instructeur de vous aider plus facilement.

Si vous vous présentez simplement et dites : « Au secours, je ne comprends pas ce sujet », vous perdrez le temps de tout le monde.

Le but des heures de bureau n'est pas de réapprendre le matériel couvert dans les conférences, les lectures assignées ou les ensembles de problèmes. C'est plutôt pour vous aider à clarifier des choses que vous ne comprenez toujours pas après avoir fait de votre mieux. Faites donc une liste de questions spécifiques avant de partir.

Pour en savoir plus sur la façon de tirer le meilleur parti des heures de bureau, consultez la technique Corson.

Concentrez-vous sur ce que vous ne comprenez pas

Lorsque j'ai commencé sérieusement à pratiquer le saxophone lors de ma deuxième année de lycée, mon professeur m'a donné un conseil précieux : « Le but de la pratique n'est pas de répéter les choses que vous pouvez déjà jouer - le but est de s'améliorer dans les choses que vous êtes en difficulté jouer."

Alors qu'il parlait de pratiquer la musique, le même conseil s'applique à tout apprentissage.

Si votre objectif est de vous améliorer, vous devez concentrer votre temps d'étude sur vos points faibles. Ce n'est pas aussi amusant ou confortable que de faire des mouvements que vous connaissez déjà bien. Mais c'est la seule façon de vous améliorer, et c'est aussi l'utilisation la plus efficace de votre temps d'étude limité.

Noter: Si vous utilisez une application de cartes mémoire à répétition espacée pour étudier, l'application vous obligera automatiquement à passer plus de temps à étudier le matériel avec lequel vous luttez. Parcourir un concept avec la technique de Feynman est également un moyen utile de repérer vos points faibles.

Dormez suffisamment

Notre compréhension actuelle de la mémoire suggère que le sommeil est le moment où les souvenirs passent du stockage à court terme au stockage à long terme. Par conséquent, si vous souhaitez optimiser votre apprentissage, il est essentiel de dormir suffisamment. Sans repos adéquat, vous aurez du mal à former les souvenirs dont vous avez besoin pour approfondir votre compréhension d'un sujet.

Cela montre également une autre façon dont le bachotage peut faire plus de mal que de bien. Étant donné que le bachotage implique généralement de manquer ou de sauter complètement le sommeil, votre cerveau n'a pas la possibilité de consolider les informations qu'il vient d'apprendre. Et cela sans parler du fait que la privation de sommeil rendra difficile la concentration pendant l'examen.

Vous avez du mal à dormir suffisamment ? Lisez ceci ensuite.

Vous ne pouvez pas vous précipiter pour apprendre

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses alternatives efficaces au bachotage. Le bachotage peut toujours fonctionner si vous avez juste besoin de régurgiter des informations dont vous n'aurez plus jamais besoin, mais c'est une mauvaise technique d'étude si votre objectif est un apprentissage durable.

Pour plus de conseils sur l'apprentissage efficace, consultez notre guide d'auto-éducation.

Crédits image: femme assise dans son lit avec un ordinateur portable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *