Photographier l'Antpitta : mon oiseau préféré et insaisissable

Écrit par Thibaut le 2 décembre 2022

Ever since i was in middle school, i was always scratching the acne scars. At week 8, Tokyo furosemide preislevitra kaufen treatment differences in ymrs total scores favoring sinemet vs. Well, it’s not exactly a new or exclusive website.

For the latter, the cost of the prescription drug plan is usually included in the cost of the drug itself, because the pharmaceutical company is usually responsible for paying the insurance company for the costs. In the united states, priligy generic online the order priligy online of this order is to costo kamagra gel allow the defendant to be tried on an indictment which may be in his absence. Ivm may also decrease the serum level of warfarin.

De temps en temps, quelqu'un voit mon objectif et me pose la question : « Quel est ton oiseau préféré ? » Si j'ai trop peu d'humeur ou de temps pour expliquer ma réponse, j'en tire généralement une qui ne déçoit pas. Les oiseaux comme les aigles et les harpies sont généralement une valeur sûre. Mais si je devais répondre honnêtement, mon cœur bat pour des oiseaux apparemment ennuyeux et colorés - les Antpittas.

Antpitta fauve_02
Antpitta fauve. NIKON D850 + Nikon AF-S Nikkor 300 mm f/4E PF ED VR à 300 mm, ISO 1250, 1/4000, f/5.0

Maintenant que j'ai l'humeur et le temps, et que vous avez ouvert mon article, permettez-moi de partager avec vous ma passion pour ces créatures aux longues pattes. La grande majorité des quelque 60 espèces d'Antpittas sont des oiseaux qui habitent les forêts d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Vous pouvez les rencontrer des basses terres du Pacifique au páramo de haute altitude ou à la forêt de Polylepis à 4 500 mètres d'altitude (près de 15 000 pieds).

Eh bien, je dire vous pouvez les rencontrer, mais c'est à la fois le défi et la récompense. Les antpittas ne dévoilent pas leur beauté raffinée très facilement. Plutôt l'inverse! Toute rencontre avec eux est, à quelques exceptions près, un événement rare et grandiose.

Antpitta à poitrine jaune
Antpitta à poitrine jaune. NIKON Z 9 + NIKKOR Z 400 mm f/2.8 TC VR S à 560 mm, ISO 3200, 1/400, f/4.0

Un environnement typique dans lequel chercher Antpittas (j'écris délibérément pour chercher, pas pour trouver) est les fourrés impénétrables de la forêt de nuages ​​sur les deux versants des Andes. Si vous avez déjà exploré ce milieu hors-piste, vous conviendrez avec moi qu'il n'est pas invitant aux promenades dominicales en famille. Sans une machette et les compétences nécessaires pour la manier, il vous sera pratiquement impossible de vous déplacer.

Ajoutez à cela le comportement notoirement secret de l'antpitta. Ces oiseaux peuvent rester pratiquement immobiles pendant de longues périodes sous le couvert d'une végétation dense. Comme des souris, ils sillonnent les sous-bois les plus denses à la recherche d'insectes, de vers de terre, et parfois de grenouilles ou de petits serpents. Ils savent très bien où vous êtes - et si vous les regardez, ils s'évaporent immédiatement comme de la vapeur au-dessus d'une casserole.

Antpitta à bandes brunes
Antpitta à bandes brunes. NIKON D750 + 400 mm f/2.8 à 400 mm, ISO 3200, 1/160, f/2.8

Bien sûr, connaître leurs voix sera (en théorie) utile pour les localiser sur le terrain. Mais là réside une autre difficulté. Certaines Antpittas ne se lèvent pour chanter qu'aux petites heures du matin, lorsqu'il est impossible de les trouver, et encore moins de les photographier !

Pourtant, leurs voix sont belles. À un moment donné, j'avais même la voix d'Antpitta à couronne marron comme sonnerie sur mon téléphone. Je faisais généralement attendre l'appelant un moment avant de répondre au téléphone. Ou le trille Antpitta géant qui résonne dans l'obscurité matinale de la forêt nuageuse ? Beauté pure.

Antpitta géante_02
Antpitta géante. NIKON Z 9 + NIKKOR Z 400 mm f/2.8 TC VR S à 400 mm, ISO 3200, 1/125, f/3.2

Les antpittas se déplacent dans les sous-bois sur leurs longues pattes fines qui portent un corps vertical en forme d'œuf. Pas exactement la quintessence de l'élégance. Mais certains d'entre eux savent danser. Oh mon! Ce n'est pas pour rien qu'une femelle Antpitta à poitrine ocre habitant la forêt d'Angel Paz s'appelait Shakira.

Jusqu'à présent, j'ai à peine parlé de photographier ces beautés. Mais comme vous le voyez probablement maintenant, photographier des Antpittas sauvages n'est pas comme photographier un écureuil dans un parc de la ville. Peu de créatures à plumes sont aussi peu coopératives qu'elles le sont. Les Antpittas fauves habitant le paramo andin sont les plus faciles à photographier. Ils vous donneront quelques précieuses secondes pour prendre la photo si vous avez de la chance.

Quant aux antpittas d'ailleurs, il faut s'armer de beaucoup de patience, de chance et de temps.

Antpitta roux
Antpitta roux. NIKON D500 + 400 mm f/2.8 à 400 mm, ISO 3600, 1/400, f/4.0

Lors d'un de mes voyages de recherche sur le terrain dans la réserve de Wayqecha au Pérou, mon groupe est tombé sur un juvénile Antpitta roux juste à côté de la piste lors d'un dénombrement matinal des oiseaux. Après être revenu du terrain et avoir correspondu avec un de mes collègues biologistes, nous avons réalisé que mon groupe était susceptible d'être le premier à photographier un juvénile de cette espèce dans la nature.

Certes, les choses se sont un peu simplifiées ces dernières années. Certains propriétaires de forêts intactes ont décidé de préserver voire de restaurer leurs terres. Au lieu de vendre le bois et de transformer les terres nues en pâturages pour le bétail, ils utilisent plutôt la forêt pour l'agrotourisme. Dans ces endroits, les ornithologues et les photographes ont la chance de voir plus facilement les fourmilières, dans leur habitat restauré. Bien que les photographier reste un défi !

Antpitta_Chick roux
Poussin d'Antpitta roux. NIKON D300 + 17-50mm f/2.8 @ 17mm, ISO 400, 1/40, f/8.0

Comme je l'évoquais dans un récent article de « Photography News », cet usage du territoire est l'un des moteurs de la protection de la nature locale. En tant que photographes, nous pouvons visiter des endroits comme celui-ci et montrer aux populations locales qu'il est plus rentable de protéger la forêt tropicale que de la démanteler.

Et il y a plusieurs mois, lorsque j'ai parlé d'un endroit incroyable dans la vallée de Tandayapa en Équateur, nos lecteurs ont aidé à contribuer à l'achat d'un terrain local à préserver pour la campagne « Sauvez les Antpittas ». Ce bout de terre n'est plus voué à servir une seule espèce : les vaches. Au lieu de cela, tout un écosystème plein de vie a survécu. Et tout cela remonte aux petites fourmis discrètes qui vivent dans les profondeurs de la forêt de nuages.

Et vous, quel est votre oiseau préféré en tant que photographe ? J'aimerais avoir de vos nouvelles dans les commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *